Accueil

Qu’est-ce qu’un moine ou une moniale ?

Le moine chrétien ou la moniale chrétienne est un homme ou une femme qui cherche Dieu en suivant le Christ. En grec le terme monos signifie « seul ». Cette expérience de solitude, le moine la choisit dans trois sens complémentaires : il cherche Dieu dans une solitude relative dont le but est de garder un certain recul sur les événements du quotidien et de faire silence pour écouter la Parole de Dieu ; il vit dans le célibat afin d’être totalement disponible à l’amour de Dieu et des autres ; enfin le moine cherche Dieu dans l’unité intérieure par le labeur de la prière et de la charité.

La place de la prière dans la vie du moine

Les offices liturgiques occupent un temps relativement prolongé dans la vie du moine. Ils sont chantés en français, la langue officielle du Bénin.

Ainsi, peu à peu, la vie du moine devient comme un sacrifice de louange, un don de soi pour rendre à Dieu, dans la prière et dans l’amour, le don qu’il ne cesse de nous faire.

Les moines ne cultivent pas l’art pour l’art. Leur manière de dire et de faire au quotidien voudrait témoigner de l’art de vivre qu’ils reçoivent du Christ. De là peuvent naître des manifestations tout à fait remarquables qui peuvent profiter aux langages des arts et de la musique en particulier.

Comment devient-on moine ?

La vocation monastique naît de la rencontre avec une communauté particulière. Après un ou plusieurs séjours à l’hôtellerie du monastère, il est possible d’entreprendre un postulat (d’une durée égale ou supérieure à 8 mois), puis un noviciat (un an), puis un engagement temporaire (trois ans) à la suite duquel vient l’engagement définitif par les vœux solennels. Les candidats se forment au monastère sous la responsabilité d’un Père spirituel, le Maître des novices. Mais c’est surtout en vivant la vie monastique au fil des jours que le novice puis le moine en découvre tout au long de son existence, les exigences et les joies. Il apprend à  » servir le Seigneur  » dans la communauté des frères ; c’est dans l’humble service quotidien, l’attention aux événements, le travail, la méditation assidue de la Parole de Dieu, la participation à la prière commune qu’il contribuera à la construction de cette communauté vraiment fraternelle qui sera un signe pour le monde et qu’il goûtera le bonheur qui est en Dieu.

Quels sont les caractères spécifiques du monachisme bénédictin ?

La Règle de Saint Benoît est fondée sur trois piliers : la prière, le travail et la vie fraternelle. La prière comprend des temps communautaires : sept fois par jour, la communauté se rassemble dans l’église du monastère pour y chanter l’office liturgique ; la prière nécessite aussi des temps personnels où chaque moine peut se livrer à la lecture spirituelle et à la méditation. Le travail manuel ou intellectuel est un moyen de subsistance pour la communauté. Outre les différents services du monastère, les trois pôles d’activité de la communauté de Ligugé sont la fabrication des émaux, la gestion d’une librairie à l’entrée du monastère et l’accueil des hôtes pour des temps de retraite spirituelle. Enfin la vie fraternelle est constante : les moines veillent au silence mais ne doivent pas pour autant se soustraire à la relation harmonieuse avec leurs frères dans le travail ou dans les gestes quotidiens. Tout cela se vit sous la vigilance de l’Abbé, le responsable du monastère, qui, en dialogue avec la communauté, interprète et adapte la Règle de saint Benoît aux circonstances du lieu et du temps en tenant compte des besoins légitimes de chacun.

La vie monastique est-elle encore actuelle ?

A en croire le nombre de personnes qui viennent frapper à la porte des monastères, il n’y a pas à douter de l’actualité de la vie monastique. Les moines manifestent qu’il est possible de vivre en communauté durant toute une vie dans le respect des autres et l’amour mutuel : c’est un miracle permanent dont Dieu est l’auteur. Pour vivre cela, les moines doivent avoir une certaine liberté intérieure par rapport à l’usage de l’argent, à la dépendance affective et à la relation d’autorité : ce sont les trois vœux religieux de pauvreté, chasteté et obéissance qui ne manquent pas d’actualité dans la société contemporaine. Les moines bénédictins font aussi un vœu de stabilité. Ils s’engagent dans le même monastère pour toute leur vie. Ils sont un repère stable dans une population mouvante. Enfin, les moines veillent à rester ouverts à toutes les questions contemporaines dans un vrai dialogue : amélioration de la vie en société, utilisation positive des moyens de communication, rencontre avec les autres confessions chrétiennes et les autres religions, etc.