Lectio

FormatFactoryDSCN0833

La lecture est un élément fondamental de la vie monastique. Chaque jour, nous y consacrons un temps conséquent. Pour assurer à notre vie de prière sa solidité et la continuité qu’elle doit avoir, nous avons besoin d’un soutien que nous trouvons dans la Parole de Dieu, dans les écrits des Pères de l’Eglise et des auteurs spirituels. Cette lecture des choses divines, Lectio divina dans le langage monastique, est toujours faite en vue de la prière et de la vie. Le moine ne cherche pas à dévorer des livres, mais plutôt à  découvrir Dieu, à se laisser pénétrer et imbiber comme une éponge de l’Esprit de Jésus, pour en vivre.

La « lectio divina » c’est la pratique monastique par excellence. C’est une lecture paisible, désintéressée qui se pratique en dehors de toute curiosité intellectuelle. Loin de n’être qu’une préparation à l’oraison elle une forme de l’oraison elle-même. Son principal but, c’est de faire goûter au moine le bienfait d’une communion prolongée avec le Seigneur qui, par sa grâce, initie dès ici-bas à la vie bienheureuse. Eclairé par la tradition vivante de l’Eglise et illuminé par le Saint-Esprit qui agit en son cœur, le moine goûte à même l’Ecriture la présence du Christ et de son mystère de salut. Cette lecture le rend attentif aux promesses et aux exigences divines. Il écoute la voix du Seigneur et son appel et il y donne sa réponse. Sa familiarité assidue avec les textes sacrés produit peu à peu en lui une nouvelle sensibilité quant aux images, aux idées et jusqu’aux termes mêmes de la Bible. Désormais, un simple mot, une allusion fugitive d’un texte liturgique éveillent en lui mille échos qui le nourrissent secrètement et le transforme à son insu.

La « lectio divina » ne s’oppose pas à une étude plus technique. Il n’empêche que  l’unique préoccupation du moine demeurera la recherche de Dieu.